GOOD MORNING CHICAGO
Nous sommes au moi de Novembre
http://www.booked.net
0
°
C
-2°
Chicago
Jeudi, 18
Prévisions sur 7 jours


¤ ANNEXES RAPIDES ¤
SITUATION ACTUELLE
BOTTIN
CHICAGO TRIBUNE
LE GUIDE POUR DEBUTER
SCENARIOS & PVS
¤ POUR NOUS SOUTENIR ¤
TOPS SITES
FACEBOOK
DISCORD


MEMBRES A L'HONNEUR

C
H
I
C
A
G
O




 
INTRIGUE : Le premier event est lancé ! Un sujet est ouvert dans le quartier de Canaryville => Vous inscrire Vous souhaitez nous donner vos réactions en direct sur les évents et rps ou simplement poser vos questions sur ceux-ci=> Commentons
Nouveautés :Ouverture de la race des démons , 5 places disponibles pour le moment. Création d'un Discord pour pouvoir papoter ensemble =>DISCORD CRIMSON DEATH


Les hommes ont faim d'amusement (PV Talina)




avatar
Messages : 45
Date d'inscription : 10/01/2018
Votre métier : à définir
Célébrité & Crédit : alicia vikander

Je suis

Les hommes ont faim d'amusement (PV Talina) écrit Dim 21 Jan - 13:11


Ils disent que la nuit recouvre les identités. Ils se trompent. Sinead a pris l'habitude de marcher dans la nuit. Lorsque les lumières s'éteignent, les gens deviennent suspicieux pour un rien : ils sursautent parfois en croisant leur propre ombre. Sans compter l'absence notable du monde. En réalité, c'est bien la lumière qui rend inaperçu. Une fois le feu passé au rouge, Sinead traverse le passage cloutée au milieu d'une foule dense. Les mains dans les poches de son joli pantalon bleu marine, ses cheveux suivent le mouvement de ses pas. Elle n'est qu'une passante parmi les autres ; elle ignore les regards de certains hommes, et de quelques femmes aussi... Elle repense à sa situation difficile de ces quelques semaines. Un homme était sur ses traces : elle se souvient de son visage. Il s'était manifestement rendu au funérarium où elle travaillait habituellement, requérant sa présence.

— Il dit que vous le connaissez bien, que lui avait expliqué l’hôtesse d'accueil. Sinead avait essayé de taire sa peur. Elle s'était rassurée en se disant que cela pouvait être n'importe qui, un client qui voulait faire appel à ses services par exemple... Mais la femme lui avait alors tendu un petit papier. —Il a laissé ça pour vous. Son visage était resté interdit, si bien que l’hôtesse s'en était inquiétée. — Est-ce que tout va bien ?
— Oui... oui merci Et elle avait tourné les talons.

Un numéro de téléphone sur la papier, puis un petit mot :
"Si vous cherchez toujours un endroit où squatter, n'hésitez pas à me contacter."
Elle avait donné sa démission au funérarium le jour même.
Comment avait-il découvert son identité humaine ? Le chasseur était sur ses traces et sa présence restait en mémoire, incroyablement tenace...

Elle dépasse maintenant l'avenue Lawrence et prend sur Campbell. Pas d'école aujourd'hui, elle entend le rire de certains gamins. D'une démarche nonchalante, elle s'engouffre dans une arrière court. La faim dicte sa route. Sous forme de louve, elle n'était plus à l'abri : toutes ces organisations fliquant les surnaturels avaient le vent en poupe et les êtres prenaient leur pied à jouer les dresseurs. Sinead rêvait souvent d'arracher la belle gueule de ces connards ; elle ne supportait plus de devoir baisser l'échine. Mais incapable : elle avait appris ce terme. Plus forte était la rage, le courage et l'expérience : les coups du fouet et du baton finissaient toujours par rompre les os. Elle est obligée de survivre. La nourriture a le même goût partout. Elle a décidé de s'arrêter ici, pour un temps. Les parcs et la plage rendent la ferraille moins insultante,  bien que les espaces naturels ne sont pas ces forêts qu'elle aime tant ; des forêts qu'elle a dues abandonner car les humains volaient son gibier par pur loisir. Un équilibre de danger, sans doute que dans quelques années elle partira à nouveau, comme elle le faisait à chaque fois ; ne jamais rester en place, à l'image d'un prédateur qui doit fuir la menace des hommes.

Avec précaution, elle baisse la tête et grimpe par la fenêtre ouverte de la maison qui donne sur une cuisine. Les humains mangent tellement qu'ils jettent dans des poubelles, et elle, elle meurt de faim. Alors elle ne ressent aucun scrupule à voler. Elle discerne le bruit d'une télévision et la discussion des hôtes dans le salon. Sereine et silencieuse, elle attrape un bout de pain qui traînait sur le comptoir et le déchire à pleines dents. Puis elle se dirige vers le frigo en mâchant et l'ouvre. Elle fouille dedans,  en ressort un morceau de fromage et du lait. Tandis qu'elle boit à même la brique de lait, de petits pas arrivent en trombe jusqu'à elle. Une petite voiture dans la main, un mioche se pointe, tout sourire.... puis il tombe sur elle. Ne devant pas dépasser les six ans, sa bouche devient entrouverte.. Sa brique de l'air, figée dans son mouvement, Sinead échange un regard silencieux avec lui... Soudain, elle le voit qui élargit sa bouche. Alors elle repose les aliments sur le comptoir et se précipite comme un courant d'air. Une main posée sur la bouche de l'enfant, elle l'empêche de gigoter


— Chut, tais toi, tais toi ! siffle-t-elle à voix basse. Elle lance des regards frénétiques vers le salon invisible, d'où la télé trop forte vient de recouvrir son murmure.





_________________

C'était la plainte immémoriale de la vie même, avec ses terreurs et ses mystères, son éternel labeur d'enfantement et sa perpétuelle angoisse de mort; lamentation vieille comme le monde, gémissement de la terre à son berceau; et, en s'associant à cette plainte, en mêlant fraternellement sa voix aux sanglots de ces demis-fauves, Buck franchissait d'un bond le gouffre des siècles, revenait à ses aïeux, touchait à l'origine même des choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Messages : 321
Date d'inscription : 01/05/2017
Age : 24
Couleur : #993333
Votre métier : antiquaire
Célébrité & Crédit : Kate beckinsale & stolen paradise

This is going to go with me to my grave
STATUT RP: DISPONIBLE
Liens & Affinités: :
Song: Somwhere over the rainbow

Je suis

Re: Les hommes ont faim d'amusement (PV Talina) écrit Ven 9 Fév - 18:51

Sinead & Talina

Les hommes ont faim d'amusement


Elle se baladait sur la rue Campbell, le cœur ouvert à l'inconnu. Elle était en pleine forme aujourd'hui. Oh elle avait eu une longue discussion avec le marrok qui ne lui avait pas plut, mais que voulez vous? Il faisait se qu'il croyait être juste. Mais même cette discussion plutôt envenimée, n'avait pas put lui faire perdre son sourire. Elle sentait que quelque chose de bien allait bientôt arriver. Bon après cette nuit des plus étranges et tout ce qui se passait en ville ces derniers temps, on pourrait en douter, mais Talina se disait qu'après toutes ces galères il y a allait forcément y avoir du positif; elle en était persuadé : Après tout, le soleil à toujours suivit la pluie! Oui oui, c'est bien elle qui était optimiste, le monde à l'envers.

Elle avait manger un morceau et finalement elle alla s'asseoir un moment sur un banc. Elle se trouvait face à un parc. Elle sentait l'herbe fraîchement coupée, le soleil avait beau pointé le bout de son nez entre deux nuages, elle sentit le vent s'engouffrer dans son manteau qu'elle resserra très vite. Et rapidement elle sentit un odeur de chien, enfin plutôt de loup. Il y a avait pas mal de monde dans la rue et elle mit un instant avant de comprendre de qui il s'agissait. Une jeune femme se rapprochait de l'endroit où elle se trouvait et prit par une arrière court avant de disparaître de sa vue.
Ne lui demandait pas pourquoi, mais Talina se leva d'un bond et la suivit. Elle arriva juste à temps pour la voir passer par une fenêtre. Ce n'était clairement pas comme ça que l'on rentrait chez soi...

Elle hésita quelques secondes tout de même, cette jeune fille avait peut-être fait le mur et tentait de se faire discrète. Comment ça il était trop tôt pour faire le mur? Talina avait vraiment perdu le fil avec tout ces jeunes.
Elle entendait la télé d'ici, pas besoin d'avoir une ouïe hors du commun, par contre pour les paroles suivante, oui. Il était temps pour elle d'intervenir. Elle s'engouffra donc à son tour dans l'ouverture et se retrouva dans une cuisine. Elle aperçoit la jeune fille avec sa main sur la bouche du petit garçon pour qu'il se taise. C'était bien leur veine. A première vue, le petit garçon n'avait pas peur, peut-être prenait-il ça pour un jeu!

- Il serait peut-être temps de filer avant que la maman de ce charmant bambin ne décide de venir le retrouver! Tu as eu ce que tu voulais, je pense!

Talina lorgnait sur le coin des lèvres de la jeune fille où il restait un peu de lait. Elle lança un petit sourire au garçon pour éviter qu'il ne s'inquiète, mais pas sur que ça marche!
AVENGEDINCHAINS

_________________
† Somewhere over the rainbow, skies are blue. And the dreams that you dare to dream really do come true
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Messages : 45
Date d'inscription : 10/01/2018
Votre métier : à définir
Célébrité & Crédit : alicia vikander

Je suis

Re: Les hommes ont faim d'amusement (PV Talina) écrit Mar 20 Fév - 10:02



On a parfois le sentiment que plein de choses se passent en même temps, et ce, dans un instant que rien ne présageait. Cette maison, voilà plusieurs jours qu'elle l'avait vue.  Elle avait compris qu'il y avait une alarme, mais elle avait su, aussi, que le couple ouvrait toujours la fenêtre de la cuisine, et qu'en pleine après-midi le gamin serait à la maternelle. Mais manifestement, elle avait omis ce détail des jours fériés.
La faim l'avait poussée. Tout avait semblé être calme. Prendre de quoi manger, apaiser cette douleur creuse dans son estomac et ressortir. Simple. Et maintenant elle est là, à regarder avec des yeux ronds la jeune femme qui venait de s'engouffrer à son tour dans le lieu. Durant un moment, elle ne fait rien. Une louve. Le mot vient et la taraude, encore, à la manière d'un élancement après un coup de poing. Une louve... depuis combien de temps, n'en avait-elle plus croisé ?


- Il serait peut-être temps de filer avant que la maman de ce charmant bambin ne décide de venir le retrouver! Tu as eu ce que tu voulais, je pense!

Elle rabaisse son regard vers le petit garçon qui lui envoie un sourire. Ce sourire, ce fut comme s'il l'avait brûlée. Le souffle court, elle bondit en arrière en secouant sa main. Le gamin rigole, un rire aussi beau que des carillons... Alors Sinead contourne l’îlot central de la cuisine en attrapant rageusement le bout de pain qu'elle avait laissé. Tant pis pour le fromage... Elle passe à grandes enjambées à côté de la louve, ravalant un mauvais frisson.

— La prochaine fois, occupe-toi de ce qui te regarde !  gronde-t-elle à demi mot en la bousculant littéralement pour repasser à travers la fenêtre. Elle n'a qu'une envie, c'est de fuir cette maison maintenant.

Auvoir ! que dit l'enfant resté derrière, son sourire traçant dans ses jolies joues rondes. Sinead l'ignore, piquée à vif. A peine est-elle retombée dans l'arrière court qu'elle se met à faire des allers-retours, à la manière d'une louve coincée par l'étau de sa colère. Sans s'en rendre compte, elle a fait tomber le morceau de pain. La faim n'est pas partie, mais son irritabilité est la plus forte.
Elle se retient à peine... à peine, de se jeter sur cette louve nouvellement venue.



_________________

C'était la plainte immémoriale de la vie même, avec ses terreurs et ses mystères, son éternel labeur d'enfantement et sa perpétuelle angoisse de mort; lamentation vieille comme le monde, gémissement de la terre à son berceau; et, en s'associant à cette plainte, en mêlant fraternellement sa voix aux sanglots de ces demis-fauves, Buck franchissait d'un bond le gouffre des siècles, revenait à ses aïeux, touchait à l'origine même des choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé
Je suis

Re: Les hommes ont faim d'amusement (PV Talina) écrit

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» RETRO: REPORTAGE Haïti les émeutes de la faim 2008
» la faim plus fort que l'amour
» Haiti : Michel Frost craint de nouvelles émeutes de la Faim
» Anthéa de Prouville // La faiblesse des hommes font la force des femmes !


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crimson Death :: Lincoln Square-